Vente d'un navire La Rochelle

Vente navire La Rochelle

Caractéristiques navire

    L 11.15      l 3.70   t 1.20

Moteur VOLVO TAMD 63  de 2001 12000h, sondeur, radar,  VHF, SMDSM, pilote, 2GPS, 2CB,

Navigation en 3ème catégorie,

Prix avec ou sans matériel. Pour plus de renseignements Tél: 06 63 34 31 34  

 

HERMES001                          HERMES002

                             HERMES003

Un sursaut pour la criée rochelaise

(SUD OUEST du 15/02/2013 - par Philippe BAROUX)

sudouest15022013

 

Satisfaisante, mais sans plus : c'est le bilan chèvre-chou que les trois halles à marée de la Charente-Maritime tirent de leur activité en 2012. La Cotinière, La Rochelle et Royan réunies totalisent une production de 9 100 tonnes, et atteignent un chiffre d'affaires cumulé de 44 millions. Trois criées aux profils différents, mais dont les bilans se recoupent sur plusieurs dénominateurs communs.


Ainsi, 2012 inscrit une production et un prix moyen en baisse. La conséquence de quotas de sole étroits, de la diminution des apports de langoustine et de lotte, toutes espèces majeures pour les flottilles côtières et hauturières charentaises, lesquelles ont donc reporté l'effort de pêche sur les céphalopodes, seiche et encornet, pour maintenir leurs chiffres d'affaires. Un glissement qui, s'il a permis de stabiliser la production globale en criée, a en revanche pénalisé le prix moyen. Exemple à Royan, où le cours fléchit de 3,2 %, à 8,22 €, un port qui, au plan national, conserve cependant le ruban bleu du meilleur prix moyen. Cela tient à la nature des espèces débarquées, des poissons dits nobles, tels que le bar de ligne.


LES COTINARDS LEADERS
Constatée à La Cotinière et Royan, la baisse des volumes n'est pas, une fois n'est pas coutume, un constat partagé par La Rochelle. Sa production augmente de 12 %, résultat que les gestionnaires de cette criée n'avaient plus constaté depuis plusieurs années. Dans ce port de Chef-de-Baie, les débarquements ont représenté 2 748 tonnes. Un résultat qui reste cependant deux fois moindre que la production cotinarde à 5 476 tonnes. La Cotinière reste ainsi le premier port de la Charente-Maritime, et le sixième au classement national.


Le second dénominateur commun des ports charentais était une année 2011 aux résultats exceptionnels. Par voie de conséquence, les baisses de 2012 sont à tempérer. Car comme l'exprime le gestionnaire de la criée de Royan, « 2012 reste dans la moyenne des années antérieures ».


DES PROJETS POUR L'ANNÉE

Ce chapitre refermé, les halles à marée ouvrent le livre des projets pour l'année en cours. À La Cotinière, le renouvellement de la concession portuaire à la fin de cette année va mobiliser les efforts du nouveau directeur du port, Nicolas Dubois. En toile de fond se dessine aussi le positionnement de la commune de Saint-Pierre-d'Oléron, concessionnaire du port depuis une trentaine d'années, dans le projet qui est actuellement à l'étude d'extension du port et de création d'un troisième bassin. Un investissement de 44 millions pour le financement duquel un partenariat public-privé pourrait se dessiner.


À Royan, l'essentiel de l'investissement sera consacré au remplacement des trois machines à glace qui alimentent mareyeurs et pêcheurs. Enfin, les Rochelais sont toujours à la recherche de voies de diversification. L'expérimentation d'un bassin de purification proposé aux producteurs de moules pour la requalification de leurs produits avant la mise en marché, sera lancée. Si l'essai appelle une demande des producteurs, la surface disponible pour cette purification sera accrue.


À La Rochelle encore, un projet d'unité de congélation mise à la disposition des mareyeurs est bien avancé. Un port où, du côté des producteurs, on attend beaucoup de la relance de l'armement Atlantic 17 qu'est en train d'opérer son nouveau président, Alain Pochon. Il est question que deux unités de pêche hauturière complètent les six chalutiers et fileyeurs que l'armement coopératif exploite en pleine ou copropriété. Du côté de la criée, on regarde de près la démarche qui, si elle se concrétisait, signifierait très rapidement augmentation des volumes débarqués.

 

Photo : La production rochelaise a renoué avec la hausse. © x.Iéoty « Sud Ouest »

bandeau-partenaires