Réensemencement 2012 de coquilles Saint-Jacques


crpmem-coquilles-st-jacques1L'intérêt de la pêcherie des Coquilles Saint-Jacques dans les Pertuis Charentais
Depuis 2010, le CRPMEM Poitou-Charentes procède à des opérations de réensemencements de Coquilles Saint-Jacques dans les Pertuis Charentais. C'est plus de 3 millions de juvéniles de coquilles Saint-Jacques qui ont été semées.


Les semis de 2010 vont atteindre pour la campagne 2012-2013, la taille minimale de capture soit les 10,5 cm réglementaires que le CRPMEM Poitou-Charentes s'est imposé.


Cette pêcherie est particulièrement attendue par nos professionnels, en effet, bien que le gisement exploité ne soit pas comparable à ceux trouvés en Bretagne, la coquille Saint-Jacques des Pertuis Charentais, est particulièrement appréciée notamment pour son corail charnu.


Ce sont des navires de moins de 12 mètres qui visent ce coquillage, dans des conditions rigoureusement cadrées et préalablement définies en commission coureaux du CRPMEM Poitou-Charentes.


Chaque année, les modalités de la campagne de la coquille Saint-Jacques se définissent ainsi :

  • Une campagne COPER est organisée par l'Ifremer, durant le mois d'août, visant à estimer la biomasse de coquilles Saint-Jacques dans les Pertuis Charentais.
  • Ce rapport COPER est présenté à la Commission Coureaux, et des dates de prospections sont fixées.
  • Une 2ème Commission Coureaux est organisée faisant suite aux prospections, permettant ainsi de déterminer, les modalités de la campagne (nombre de journées pratiquées, temps de pêche).

Chaque semaine, les détenteurs doivent transmettre au CRPMEM leurs déclarations de captures des coquilles Saint-Jacques.

La campagne s'organise en deux temps : d'octobre à décembre et de janvier à février. Selon la 1ère vague de campagne, la 2ème peut être réduite, augmentée, ou maintenue, selon les déclarationsde captures, la qualité et quantité du produit. Une réelle volonté des professionnels à maintenir un banc sain et noble. La qualité plutôt que la quantité.

 


Un maintien des réensemencements malgré une fermeture


Si depuis 2010, la campagne de coquille Saint-Jacques a connu un contexte particulier, dû à la tempête Xynthia, favorisant ainsi le développement d'un bloom planctonique développant anormalement une toxine, appelée Pseudo Nitschia, les professionnels ont cependant marqué leur volonté de maintenir les opérations de réensemencements. Cette toxine présente dans les coquilles Saint-Jacques avait pour effet de les rendre impropres à la consommation, mais n'entrainaient pas de mortalité sur les gisements naturels ni sur les juvéniles semées en mer.
Des prélèvements dans les Deux Pertuis Charentais sont effectués tous les 15 jours, et des analyses sur cette toxine sont menées par l'Ifremer.
Pour la campagne 2012-2013, un retour à la normal a été constaté, permettant ainsi de pratiquer cette pêcherie dans les meilleurs conditions tant pour les professionnels que pour les consommateurs !

 

Les semis en mer


L'opération, d'un coût global de 44 542.78 €, a été financée selon la répartition suivante :

  • Une participation des détenteurs de la licence Coquilles Saint-Jacques (Poitou-Charentes et Pays de La Loire)
  • Conseil Régional Poitou-Charentes
  • FEP (Fonds Européen pour la pêche) Axe3
  • Conseil Général de la Charente-Maritime


crpmem-coquilles-st-jacques2Les juvéniles des coquilles Saint-Jacques ont été achetées à l'écloserie du Tinduff, basée dans le Finistère.
Les populations des coquilles Saint-Jacques des Pertuis Breton et d'Antioche sont considérées comme formant des stocks distincts, d'où la nécessité d'assurer les semis sur deux journées, une journée par Pertuis.
L'opération de semis s'est déroulée dans le Pertuis Breton puis dans le Pertuis d'Antioche les 9 et 11 mai 2012.

En 2013, les opérations de réensemencements seront reconduites.

bandeau-partenaires